Nouvelles & Articles

Lettre ouverte de notre DG, Ahmed El-Awadi

Nouvelles –

Chères familles de la natation canadienne,

Beaucoup d’entre nous se heurtent au mur de la pandémie en ce moment. Cela fait un peu plus d’un an que nous avons reporté notre évènement phare, les Essais olympiques et paralympiques de 2020, présentés par Bell. Depuis lors, il semble que de plus en plus de dominos frustrants soient tombés durant cette pandémie persistante, car nous avons planifié, déplanifié, replanifié, reprogrammé et malheureusement annulé de nombreux évènements.

La plus récente de ces décisions a été d’annuler les championnats nationaux des maitres, ainsi que des nageurs séniors et juniors. Ce fut une décision très difficile à prendre. Nous n’aimons pas annuler des évènements. Nous VOULONS voir des compétitions de natation dans tout le pays. Les compétitions de natation, et le travail pour y participer sont ce qui fait avancer notre sport. En outre, cette décision est d’autant plus difficile à prendre que nous observons d’autres pays qui continuent à organiser des compétitions, car ils ont des lois différentes ou sont à un stade différent de leurs restrictions en ce qui concerne la pandémie.

Nous sommes une espèce qui aime se regrouper. Nous nous rassemblons pour les concerts, les évènements, à l’école, dans les restaurants et au travail. Nous apprécions et nous nous réconfortons en compagnie des autres. Nous nous réunissons pour vivre ces moments de la vie. C’est une partie de qui nous sommes.

Malheureusement, nous devons peser la valeur de l’accueil d’évènements nationaux par rapport aux risques, aux règles, aux restrictions et aux protocoles de pandémie dans tout le Canada. Ils sont différents d’une province à l’autre et même d’une ville à l’autre. Étant donné que les Jeux olympiques et paralympiques se dérouleront en 2021 avec des règles fortement restreintes, cela signifie pour l’instant qu’il faut se concentrer sur les évènements qui sont essentiels à la sélection des meilleures équipes possible pour représenter le Canada. Cela signifie que les Essais seront considérablement réduits, avec un nombre minimal d’athlètes invités et de personnel essentiel se déplaçant en petits groupes à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment, selon des protocoles stricts qui seraient impossibles à mettre en place lors d’une rencontre nationale plus importante comme les Championnats canadiens des maitres ou les Championnats canadiens juniors et séniors.

Cela ne signifie pas que nous nous concentrons uniquement sur les athlètes de haute performance. Mais, je tiens à vous faire part d’un mot clé que nous partageons au sein de nos équipes nationales et qui, je pense, s’applique à chaque nageur, y compris à l’enfant de huit ans qui attend nerveusement son tout premier entrainement.

Adaptabilité

Lorsque quelque chose ne va pas à l’entrainement, que des imprévus surviennent lors d’un voyage de l’équipe nationale dans un pays étranger ou qu’une course ne se déroule pas comme prévu, nous demandons à nos nageurs de l’équipe nationale de faire preuve d’adaptabilité. « Ce n’est pas ce qui vous arrive, c’est la façon dont vous réagissez qui compte». C’est grâce à sa capacité d’adaptation que Kylie Masse a remporté une médaille d’or au dos lors des Jeux du Commonwealth, malgré une pluie torrentielle qui lui tombait sur le visage. C’est de cette façon que Katarina Roxon s’est retrouvée sur la plus haute marche du podium à Rio après n’avoir remporté aucune médaille lors de ses deux premiers Jeux paralympiques. Il existe des centaines d’exemples, petits et grands, de la capacité d’adaptation de nos nageurs de l’équipe nationale. Je suis sûr qu’il y en a des milliers d’autres provenant de nos clubs et de nos nageurs au cours de l’année écoulée, qu’il s’agisse des séances d’entrainement sur Zoom, de la natation en eau libre lorsque le temps était plus clément, ou de la recherche de moyens de mettre en œuvre des protocoles de santé et de sécurité pour maintenir les piscines en activité.

Nous avons proposé des défis virtuels. Nous sommes déjà en train de planifier différents moyens de proposer des rencontres nationales lorsqu’il sera possible de le faire en toute sécurité, même si leur aspect est différent ou si elles ont lieu à une autre période de l’année. Les rencontres de moindre envergure au niveau des clubs provinciaux et locaux deviendront la priorité et nous encouragerons les efforts de nos partenaires provinciaux et des clubs. Nos partenaires provinciaux savent ce que leurs juridictions gouvernementales permettent, et nous espérons voir la programmation, y compris les compétitions, augmenter cet été et à l’automne, en fonction de l’évolution de la pandémie.

Il y aura de plus petites rencontres au niveau provincial et local, et nous encouragerons les efforts de nos partenaires et clubs provinciaux. Nos partenaires provinciaux savent ce que leurs juridictions gouvernementales permettent, et nous espérons voir la programmation augmenter cet été et cet automne, en fonction de l’évolution de la pandémie.

En attendant, nous vous demandons de faire preuve d’adaptabilité. Nous vous encourageons à plaider pour l’ouverture des piscines à tout moment et partout où cela est sûr, et nous continuerons à informer les décideurs et à promouvoir l’ouverture des piscines dans tout le pays.

Nous savons que nous sommes aux prises à une réduction spectaculaire de l’activité physique chez les enfants, ce qui peut avoir des conséquences négatives sur la santé, notamment pour les communautés identifiables ou vulnérables telles que les personnes en situation de handicap. Natation Canada constate une baisse importante (environ la moitié) du nombre de nageurs inscrits. Les données concernant les 8 à 12 ans sont les plus préoccupantes, avec seulement 29 % des nageurs qui se sont réinscrits. La poursuite des fermetures de piscines en raison de la pandémie pourrait menacer la santé physique, sociale et mentale des jeunes, la santé de la nation et les coûts futurs des soins de santé pendant des décennies. La mauvaise santé due à l’inactivité à long terme est responsable de quelque 5 millions de décès dans le monde chaque année, dus à des causes telles que les maladies cardiaques, le diabète de type 2 ou le cancer.

Mais un mode de vie physiquement actif améliore la condition cardiorespiratoire et musculaire, favorise le développement cognitif et renforce le comportement prosocial des enfants, avec des avantages qui se prolongent à l’âge adulte. Même avec une seule période d’activité modérée à vigoureuse, vous pouvez constater une réduction de la pression artérielle, une meilleure sensibilité à l’insuline, un meilleur sommeil, une diminution des symptômes d’anxiété et une amélioration des fonctions cognitives. L’activité physique présente de nombreux avantages pour la santé : elle nous rend plus heureux, plus sains et accroît le bien-être général, la confiance en soi et l’efficacité personnelle. Apprendre aux enfants à nager est l’une des principales mesures de prévention des noyades définies par l’Organisation mondiale de la santé.

Tout cela signifie que les piscines sont un service essentiel, et nous devons tous contribuer à faire passer ce message à tous ceux qui ont besoin de l’entendre, par tous les moyens possibles.

Le document du cadre du retour à la natation de Natation Canada a été créé à l’origine il y a presque un an, par un groupe de travail national qui comprenait des membres du personnel de Natation Canada, du personnel provincial, des médecins, des entraineurs, des officiels et des nageurs, dans le but d’aider tous les clubs et les programmes universitaires à retourner à l’eau. Par la suite, les associations provinciales ont créé et continuent de développer leurs propres ressources de retour à la natation spécifiques aux règlements et restrictions actuels dans leur province, ce qui aide ensuite les clubs à créer leurs plans pour permettre un retour sûr à l’entrainement et à la compétition, si possible. Lorsque cela s’est produit, le retour à la natation a été effectué de manière extrêmement sûre et contrôlée, avec des évaluations des risques, une distanciation physique et une désinfection adéquate. En collaboration avec nos associations provinciales, nos partenaires sportifs et commerciaux et les clubs, nous pouvons et devons poursuivre le retour aux piscines des clubs et des universités en toute sécurité et en limitant les risques. Cela nécessite une coopération avec les installations sportives des municipalités et des universités, ainsi qu’avec les autorités sanitaires compétentes.

Recommençons à nager où et lorsque c’est sécuritaire, suivons les règlements provinciaux et fédéraux appropriés, respectons les directives et adaptons-nous. Si vous avez des questions, des commentaires ou des préoccupations, veuillez nous contacter à [email protected]

Ensemble, nous allons #nagerdenouveau, mieux et plus fort que jamais.

Cordialement,

Ahmed El-Awadi
DG de Natation Canada