Nouvelles & Articles

Le papillon masculin en vedette en clôture des Essais

Nouvelles –

TORONTO – Les Essais olympiques et paralympiques de natation, présentés par Bell, ont connu une conclusion spectaculaire dimanche.

Un trio d’hommes canadiens a réalisé le 100 m papillon le plus rapide de l’histoire du pays, et les équipes canadiennes pour Paris 2024 ont été annoncées officiellement à la fin de la compétition d’une durée de sept jours au Centre sportif panaméricain de Toronto.

Liste complète de l’équipe : Jeux olympiques de Paris 2024

Liste complète de l’équipe : Jeux paralympiques de Paris 2024

Josh Liendo, du North York Aquatic Club, qui a participé aux Jeux olympiques de Tokyo, a mené le bal avec un temps record canadien de 50,06 secondes. Ce temps était 27 centièmes plus rapide que la marque nationale qu’il a établie lors des préliminaires du matin.

Le temps le plus rapide au monde cette année a fait du Torontois de 21 ans le cinquième nageur le plus rapide de tous les temps au 100 m papillon.

Ilya Kharun, natif de Montréal, et Finlay Knox, du centre de haute performance – Vancouver, ont suivi en 51,09 et 51,42, ce qui fait d’eux les deuxième et troisième meilleurs performeurs de l’histoire du Canada.

Tous les trois ont nagé sous le temps de qualification olympique de 51,67. Liendo et Kharun se sont qualifiés en priorité 1 pour représenter le Canada à Paris grâce à leur arrivée en première et deuxième places.

Chez les femmes, Summer McIntosh et Sydney Pickrem, de Toronto, ont également atteint le temps de qualification dimanche grâce à un doublé lors d’une finale palpitante au 200 m 4 nages.

En paranatation, quatre athlètes ont réalisé des temps de qualification A lors de la dernière soirée de compétition, notamment Aurélie Rivard (S10) du Club de natation région de Québec et Shelby Newkirk (S6) des Saskatoon Lasers au 50 libre féminin, Sebastian Massabie des Pacific Sea Wolves au 50 libre masculin S4, ainsi que Nicholas Bennett du Red Deer Catalina Swim Club au 200 libre masculin S14.

Liendo s’était déjà qualifié aux 50 m et 100 m libre plus tôt dans la compétition, incluant un record canadien à l’épreuve du sprint samedi.

« Je suis fatigué, mais j’ai l’impression que c’était vraiment de bons Essais, a déclaré Liendo, double médaillé des championnats du monde au 100 m papillon. Je me sentais bien. Je voulais juste y aller, me dépasser, voir où se trouve ma limite. C’est à ça que sert cette compétition. Je pense que c’est ce que j’ai fait ce soir. »

Liendo a terminé en 11e place du 100 m papillon lors de ses débuts aux Jeux olympiques il y a trois ans. Il a ensuite remporté le bronze aux championnats du monde de 2022, puis la médaille d’argent en 2023, dans un temps de 50,34, un record national à l’époque.

« Je vais en profiter un peu, mais je suis aussi impatient de me remettre au travail et d’essayer de voir ce que je peux faire de mieux à Paris. »

Kharun, une recrue olympique de 19 ans, et Knox, un vétéran de 23 ans de Tokyo 2020, ont également réalisé des meilleurs temps personnels dans la finale de dimanche.

Kharun a réalisé son deuxième temps de qualification de la compétition après sa victoire au 200 m papillon. Knox est prêt à participer au 200 m QNI à Paris après avoir battu le record canadien ce samedi.

« J’ai travaillé avec mon entraineur sur le premier 50 m afin de pouvoir suivre des gars comme Josh, a déclaré Kharun. Je pense que notre programme masculin est très bien classé et qu’il sera encore meilleur à l’avenir. »

Dans la finale hautement disputée du 200 m QNI féminin, les quatre premières ont toutes réalisé un temps inférieur au temps de qualification.

Pickrem a pris la tête à la marque des 150 m après une solide brasse, mais McIntosh s’est repris pour l’emporter par 62 centièmes.

McIntosh, qui a fait ses débuts olympiques à 14 ans il y a trois ans, a gagné en 2:07,06, juste au-dessus de sa marque canadienne sénior et mondiale junior de 2:06,89 des Essais des championnats du monde de 2023.

Elle avait déjà décroché son billet pour Paris en remportant le 200 libre, le 400 libre, le 200 papillon et le 400 QNI, ce dernier en battant le record du monde.

Pickrem, deux fois olympienne, a réalisé un record personnel en 2:07,68, près d’une seconde plus rapide que les 2:08,56 qu’elle avait réalisés aux Championnats du monde 2024 en février, où elle avait décroché la médaille d’argent. Elle avait remporté le 200 brasse et réussi le temps de qualification vendredi.

Marie-Sophie Harvey, du club CAMO, et Ashley McMillan, du CHP-Ontario, ont également réalisé des meilleurs temps personnels en 2:09,57 et 2:11,00.

« Je suis assez satisfaite », a déclaré McIntosh. « J’étais un peu rouillée au plan technique, mais cela signifie qu’il y a plus de place pour l’amélioration dans cette épreuve. Je pense que plus je nage, plus j’apprends et plus j’ai d’expérience, parce que c’est une nouvelle épreuve en quelque sorte pour moi.

« Je suis très heureuse d’avoir pu me qualifier dans cinq de mes meilleures épreuves. Je vais à Paris, je suis super excitée, je pense que ce sera une compétition extraordinaire, pas seulement pour moi, mais pour toute l’équipe du Canada. »

Les autres gagnants du côté du programme olympique dimanche furent la septuple médaillée olympique Penny Oleksiak du Toronto Swim Club, qui a remporté le 50 libre féminin dans un record personnel de 25,06, et Eric Brown du Club de natation de Pointe-Claire au 1500 libre masculin (15:23,87).

En paranatation, Rivard de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec, dix fois médaillée et cinq fois championne aux Jeux paralympiques, a remporté la finale du 50 libre multi-classes féminin en 27,99.

Il s’agissait du troisième temps S10 « A » de la compétition pour l’athlète de 28 ans, après ses victoires au 100 et au 400 libre.

Newkirk, troisième en 33,87, s’était déjà qualifiée pour ses deuxièmes Jeux au 100 dos S6.

Également au 50 libre, Danielle Dorris du Club de natation Bleu et Or, qui a terminé deuxième, et Mary Jibb du Muskoka Aquatic Club, ont établi des marques nationales S7 (33,40) et S9 (29,52), mais elles ne nageront pas l’épreuve à Paris, car elle ne fait pas partie du programme dans leur classe sportive.

« L’amour du sport est toujours là », a déclaré Rivard, qui a fait ses débuts paralympiques à Londres 2012. « J’ai toujours l’impression d’avoir des choses à accomplir. J’ai toujours des objectifs. C’est pour cela que je m’entraîne tous les jours.

« Je veux me rapprocher le plus possible de mes records du monde. Et j’espère ramener quelques titres », a ajouté la détentrice actuelle des records du monde aux 50, 100 et 400 libre.

Massabie a remporté la finale masculine du 50 libre multi-classes en 38,08, un record canadien S4, et a enregistré un autre standard national plus tard dans la soirée lorsqu’il s’est classé deuxième du 200 libre en 3:07,00.

Le natif de Surrey, en Colombie-Britannique, a terminé les essais avec six records canadiens et une marque mondiale S4, établie lors de la journée d’ouverture au 50 papillon.

Bennett, qui a fait ses débuts aux Jeux paralympiques de Tokyo à l’âge de 17 ans, a remporté le 200 libre multi-classes masculin en 1:54,78. Le produit de Parksville, en Colombie-Britannique, est le champion du monde en titre S14 dans cette épreuve.

Enfin, Angela Marina, du Brantford Aquatic Club, a remporté le 200 libre féminin en 2:16,49, ce qui ne fut pas suffisant pour obtenir le temps S14 « A ».

Au total, 857 athlètes de 151 clubs à travers le pays étaient en action en vue d’avoir la chance de représenter le Canada aux Jeux olympiques (26 juillet au 11 août) et aux Jeux paralympiques (28 août au 8 septembre) à Paris. Les équipes des championnats panpacifiques juniors (21 au 24 août) à Canberra, en Australie, et des championnats du monde juniors en eau libre (6 au 8 septembre) à Alghero, en Italie, ont également été sélectionnées.

RÉCOMPENSES DES ESSAIS OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES

Meilleure performance par points – programme olympique (femmes) : Summer McIntosh, 400 QNI, 1017

Meilleure performance par points – programme olympique (hommes) : Josh Liendo, 100 papillon, 963

Meilleure performance par points – programme paralympique (femmes) : Danielle Dorris, 50 papillon S7, 1146

Meilleure performance par points – programme paralympique (hommes) : Sebastian Massabie, 50 papillon S4, 1198